pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka

Le secret de Nina

Auteur :

Nelly78114

Categories : Romans
Date de parution : 06/04/2021

Extrait
(4 avis)
Couverture
Le secret de Nina

Ce roman se déroule sur 3 période: 1942, 2009 et 2019. Je vous mets un extrait du 1er chapitre de chaque pèriode.

 

 

Chapitre 1

1942

 

Le visage grave, la jeune femme termina rapidement de se préparer. D’un geste nerveux, elle attrapa le chapeau qui trônait sur son lit. Un pâle sourire naquit sur ses lèvres en se remémorant la soirée de la veille. Elle avait fêté ses vingt-et-un ans et ce joli chapeau lui avait été offert par ses parents. Elle s’en était voulu de recevoir ce présent alors que la plupart des Bordelais ne pouvaient se permettre ce genre de folies en ces temps agités. Son père l’avait rassurée comme à chaque fois : « Prendre un peu de bon temps ne signifiait pas oublier », lui avait-il simplement dit alors que le regard bleu de la jeune femme s’était voilé d’une certaine tristesse mêlée de culpabilité.

Anne couvrit sa tête de ce chapeau en feutre bleu. Elle se mira quelques secondes et soupira. Elle était enfin majeure. Cela ne changeait rien et pourtant, déjà, dans sa tête, son passage à vingt-et-un ans changeait tout.

Peu après, elle descendit les escaliers de la demeure bourgeoise où elle était née. Sa mère, en cuisine, posa un regard plein de reproches sur elle.

— Tu vas encore sortir à cette heure et rejoindre ces gens ? attaqua-t-elle.

— Je serai rentrée avant le couvre-feu, dévia Anne qui n’avait pas envie de se disputer avec sa mère.

— Tu crois vraiment que ça va changer quelque chose ?

— Maman, il faut bien essayer d’agir !

— Mais c’est dangereux !

— Pas plus que de rester à ne rien faire, et attendre que l’ennemi nous tue à petit feu, cracha la jeune femme.

— Anne, fais attention à ce que tu vas dire…

La voix de son père s’envola et envahit la cuisine. Aucune colère n’émanait du conseil. Anne pivota sur elle-même et fit face à l’homme qui l’aimait plus que tout. Il connaissait son tempérament de feu et soutenait sa rébellion. Lui-même partageait les idées de sa fille et faisait ce qui lui semblait juste. Toutefois, il voulait que tout se passe dans le respect des idées de chacun. La mère de Anne s’inquiétait pour son mari et sa fille mais, habituée à courber l’échine, elle se taisait la plupart du temps. Elle était de leur côté mais n’était pas active. Rester dans sa petite vie lui convenait parfaitement.

Anne sourit à son père et quitta la maison sur un dernier clin d’œil espiègle.

Elle arriva sur le trottoir et accéléra le pas, presque malgré elle. Elle râla intérieurement. Elle ne se sentait même plus tranquille dans son propre pays, sa propre ville.

L’occupant était présent quasiment à tous les coins de rue et Anne ne supportait pas cette ambivalence qui la tenaillait. Elle détestait ces Allemands qu’elle croisait, qui faisaient régner le chaos dans sa région, et d’un autre côté elle savait que la plupart ne faisaient qu’obéir. Si certains partageaient les idées véhiculées par leur chef, bien d’autres ne faisaient que répondre à des ordres.

Pensive, elle arriva presque sans s’en rendre compte devant l’immeuble où elle allait retrouver sa bande. Par instinct, elle scruta les alentours. Elle s’assura que personne ne la voyait dans cette rue pourtant peu fréquentée. C’est une fois pleinement rassurée qu’elle consentit à prendre les petits escaliers sur le côté. Peu après, elle arriva au sous-sol.

— Ah, te voilà, Anne ! s’écria un garçon en s’approchant d’elle.

La jeune femme lui sourit gentiment et ce dernier baissa la tête, rougissant. Elle savait qu’elle le troublait. Antoine, trop timide, ne tentait aucune approche, se contentant de la dévisager dans des tentatives qu’il pensait discrètes. Anne, pas particulièrement intéressée par le jeune homme, restait néanmoins très amicale.

Les autres personnes présentes la saluèrent avec joie. Elle était très appréciée de tout le monde et elle rayonnait de sa bonne humeur dans tous les endroits où elle arrivait.

Des sanglots et reniflements attirèrent l’attention de Anne.

— Suzanne ? Que se passe-t-il ? interrogea la nouvelle arrivée.

 

 

 

Chapitre 1

2009

 

La journée s’achevait dans le cabinet où un silence de plomb régnait. Nina leva les yeux de son dossier et consulta sa montre. Elle regarda le nombre de pages qui lui restaient à lire et à annoter. Elle prit son téléphone et envoya rapidement un message. L’ami avec qui elle avait rendez-vous attendrait un peu dehors. Elle ne voulait pas remettre ce dossier au lendemain.

Un homme d’une cinquantaine d’années déboula dans son bureau.

— Tu as fini ? demanda-t-il d’une voix ferme.

— Il sera sur votre bureau demain.

— Tu viendras avec moi pour l’audience de la fin de semaine, comme hier.

Nina arbora un franc sourire à l’attention de son maître de stage, qui lui rendit la marque de sympathie. Le cœur de la jeune femme bondit dans sa poitrine. Il était satisfait d’elle et se détendait un peu en sa compagnie. Elle avait choisi de faire ses stages dans ce grand cabinet et avait dû aussi apprivoiser l’avocat qui avait la réputation d’être très dur. Nina le trouvait exigeant mais pas plus méchant que cela. Elle-même espérait devenir une avocate en droit social reconnue et appréciait le cadre imposé. Ses premiers stages avaient été inintéressants et frustrants, à devoir apporter le café ou passer des heures devant une photocopieuse, mais elle avait chaque année renouvelé ses demandes. L’avocat avait apprécié sa ténacité et sa façon d’être. Petit à petit, il lui avait donné des tâches plus gratifiantes. Là, en dernière année, il lui déléguait la préparation de certains dossiers. Et elle avait obtenu le droit de l’accompagner aux audiences des affaires sur lesquelles elle travaillait.

Nina savait qu’elle ne devait pas se louper et le tout la motivait plus que jamais. Chaque effort la conduisait vers l’obtention de son examen du barreau. L’avocat la salua et retourna dans son bureau.

La stagiaire se concentra au maximum et boucla son dossier sans souci. Elle toqua à la porte de l’antre de l’avocat et remit le dossier.

— Ce dossier a intérêt à être parfait.

— Il l’est, rétorqua-t-elle.

Si les premiers temps elle courbait l’échine, Nina avait pris confiance comme son maître de stage l’espérait et elle osait des remarques qu’elle aurait tues à l’époque.

— Bonne soirée, Nina. À demain.

Il la congédiait pour pouvoir vérifier par lui-même qu’elle avait assuré sur ce dossier. Sur un dernier au revoir, Nina retrouva l’air frais.

Un jeune homme l’attendait devant la porte cochère de l’ancien hôtel particulier qui abritait le cabinet.

— Tu te fais exploiter, ma Nina, balança aussitôt Valentin en lui claquant une bise sonore sur la joue.

— Bonjour aussi, cher ami. Et non, il me forme, ce n’est pas pareil. Ce n’est pas parce que tu n’as jamais pu bosser avec lui que tu dois le critiquer.

— Je ne le critique pas. Je ne le vénère pas autant que toi.

Nina leva les yeux au ciel mais ne répondit pas. Valentin n’avait pas tort. Depuis ses premiers instants en fac, elle rêvait de faire ses stages dans ce grand cabinet parisien.

 

 

Chapitre 1

2019

 

Sous un tonnerre d’applaudissements, le groupe quitta la scène, laissant leurs fans les réclamer à corps et à cris pour un ultime rappel.

— C’est notre dernière date aux States, on la tente ? demanda le chanteur.

Il fixa tour à tour les autres membres, finissant par un regard appuyé sur la choriste.

— On n’a jamais terminé un concert sur une ballade et encore moins sur un nouveau morceau.

— Tu vas assurer.

— Je n’ai pas l’habitude des duos.

— Jane, aux répétitions c’était chouette, motiva le batteur.

La jeune femme hocha la tête et releva le défi dans un silence alors que dans la salle, des milliers de fans attendaient le retour sur scène du groupe Metal.

Tony laissa ses compères s’installer et ménagea l’effet de son retour sur scène. Il envoya une silencieuse prière et se signa, comme à chaque fois, avant de retourner au contact de son public.

Tous s’attendaient au morceau punchy que le groupe offrait d’habitude en final. Certains scandaient le titre de la chanson connue de tous. Tony sourit, amusé. Il allait déstabiliser un stade entier de fans de la première heure.

Le silence s’installa presque par magie quand les premiers accords s’envolèrent dans l’immense enceinte plongée dans le noir. Le public découvrait une nouvelle chanson.

Le cœur battant, Tony commença le premier couplet. Les briquets commencèrent à s’allumer. Le public restait attentif. La voix de Jane vint à la rencontre de celle du chanteur au refrain. La foule conquise reprit en chœur ces quelques mots qu’il avait laissés en anglais, rendant le moment magique. Tony sourit. Le groupe français se faisait un point d’honneur de chanter dans sa langue et tous leurs fans étrangers avaient appris leurs chansons par cœur. Sur cette composition, Tony avait volontairement écrit le refrain en anglais pour que tout le monde puisse s’approprier l’hymne à l’amour qu’il contenait. Et son idée fonctionnait à merveille.

Tony, ravi, prit Jane contre lui avec tendresse. L’illusion d’amoureux se retrouvant après des années à se chercher, comme dans le nouveau morceau offert, était totale.

Déchainée, la foule réclama une deuxième fois cette ballade Metal qui deviendrait, à coup sûr, un nouveau tube. D’un simple regard, Tony obtint l’assentiment de Jane et d’un geste fit comprendre aux musiciens que le bis repetita était de mise.

 

Commentaires

rabiller delphine
Delphine 83
07/04/2021
.E
.C
Pour l'avoir lu en avant première, merci encore nelly pour ta confiance. On retrouve la plume bienveillante de l'auteure, ce roman se lit vite et l'on s'attend bien à ce que les 3 époques soient reliées par quelque chose de surnaturel ou pas .......à vous de le découvrir.
Jules Baudin
La Capsule
10/04/2021
.E
.C
Les trois extraits ou les trois époques présentées ne nous laissent que le choix d'en lire plus pour découvrir un lien qui est peut-être le secret de Nina. Lecture fluide !
BLANC Déborah
Déborah Blanc
18/04/2021
.E
.C
Trois extraits, trois univers différents qui suscitent pas mal de questions, à commencer par le lien entre Anne, Nina et ce groupe de Metal. Le titre est plein de mystère. Comment les trois époques vont-elles se faire écho ? Quel est ce secret que cache Nina ? La couverture est magnifique.
CACHIA GWENDOLINE
Gwendoline Cachia
18/04/2021
.E
.C
Quel lien peut exister entre Nina, Anne et Jane ? C'est ce mystère qui monte lorsqu'on lit ces trois extraits. Une écriture fluide et sans fioritures pour aller à l'essentiel, évidemment cela donne envie d'en découvrir plus.
Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !