pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka

La Quête

Auteur :

Cécile Ama Courtois

Categories : Fantasy
Date de parution : 05/10/2020

Extrait
(3 avis)
Couverture
La Quête

La Quête est le second tome d'une trilogie intituée : La Dernière Guerre des Dieux.

Le premier tome a pour titre : La délégation

Résumé :

Après l’attaque de l’Ombre et l’invasion, puis le siège des Hordes de Mörk Örn, tout espoir semble perdu en Edheldôr. La promesse du Seigneur Elgard de rassembler une armée de coalition au sein des peuples de l’ouest permet à peine de songer à un éventuel salut. Mais dans combien de temps ?

Et combien de temps avant que Gahavia tout entière devienne la proie du Seigneur Noir, replongeant l’Ambar Neldëa dans le chaos et les ténèbres ?

À moins qu’une étrange mélodie… Trois champions… Sept gardiens… Un mage et un oracle…

 

Extrait n°1 :

"Le mage Hermanus Taliesin avait arpenté durant des mois les chemins tortueux de la partie méridionale de Gahavia. Sa besace à l’épaule et son bâton de marche en main, il avait foulé de ses bottes de cuir souple les routes boueuses du printemps, puis poussiéreuses du plein été. Il s’était mis en route un matin, après avoir rangé son laboratoire, son bureau, sa salle de travail, et après avoir fermé à clé la porte de sa tour de pierre. Il avait endossé, par-dessus son pantalon et sa chemise de toile brune, une ample cape de laine à capuche profonde. C’était un vêtement trop chaud pour la saison, mais qui pourrait dire quand il reviendrait ? Il n’avait emporté que peu d’effets, préférant voyager léger, et ne s’était muni que d’un petit grimoire dans lequel l’essentiel de ses recherches concernant l’affaire en cours était archivé, ainsi qu’un livre de sorts qui pouvait toujours s’avérer utile.

Il était donc parti de bon matin, sans se retourner, dès que le chant en lui s’était tu. Il connaissait les prophéties par cœur, et celles qui se rapportaient au sujet lui avaient confirmé que le moment était enfin venu. Il n’avait donc pas hésité, ce jour-là, à quitter sa tanière pour se lancer dans l’aventure.

Il habitait un vallon paisible, caché dans les montagnes au sud de Gahavia, en plein cœur des territoires peuplés par les hommes. Il y vivait en ermite, solitaire et secret, depuis si longtemps qu’aucun humain ne s’en souvenait. À le regarder, on ne lui aurait pas donné plus de soixante ans, pourtant il comptait dix fois cet âge.

Il avait marché d’un bon pas, l’œil vif et la barbe au vent, tout son être tendu vers son but : l’Arcoa Calya.

La raison de son existence, le sens de sa vie, la cause pour laquelle il avait tant travaillé, tant appris, tant sué, la réponse qu’il cherchait, tout cela l’attendait en Edheldôr, au cœur du palais des elfes. Aussi, le mage Hermanus Taliesin, maître des sortilèges, docteur en magie blanche, mémoire vivante des prophéties et gardien du chant Do, était-il parti de chez lui ce matin-là pour arpenter d’un pas alerte la route du nord, le cœur tourné vers l’Allorée."

 

Extrait n°2 :

"Les yeux d’Hermanus crépitaient, cependant c’était autant de joie que de fureur. Oui, la Haute-reine, si jeune fût-elle, était à la hauteur de ses espérances, et plus encore ! Mais quelle tête de mule ! Cela faisait des heures qu’ils discutaient, palabraient, argumentaient et ferraillaient sans qu’aucun d’eux ne cède à l’autre le moindre bout de terrain. Elle exigeait d’être du voyage. Pour lui, il n’en était pas question. D’autant qu’elle ne consentait à aucune explication ni argumentation pour étayer sa décision. À aucun moment, la prophétie n’avait laissé entendre que l’oracle en personne se lancerait à la recherche des chants ! Il lui suffisait de dévoiler les noms de ceux que l’Unique avait choisis, sa tâche s’arrêtait là. Mais cette entêtée de donzelle refusait tout net de leur révéler qui étaient les élus. Il avait beau se fâcher, plaider, tenter d’en appeler à sa conscience… rien n’y faisait. Elle restait butée sur l’imbécile idée de les accompagner.

Elle prétendait être capable d’appeler les champions et de les faire venir jusqu’à elle, quand Hermanus, lui, devrait sans doute les chercher sur tout le continent puisqu’il ne disposerait que de leur identité. Si elle disait vrai, elle serait effectivement un atout de taille ! Pourtant, il était hors de question qu’elle quitte le palais en ces temps troublés. Or les futurs compagnons d’Hermanus n’avaient aucune chance de franchir le barrage des Hordes pour y entrer… Quel casse-tête !

Saraë assurait que, sans elle, ils ne découvriraient pas le moindre chant, cependant les routes de Gahavia étaient plus dangereuses que jamais. Elle affirmait également connaître la formule qui leur permettrait, à terme, de lier les chants et de lancer l’Harmonie sur Mörk Örn. Cet argument-là était caduc, car Hermanus savait pouvoir la trouver dans les Chroniques d’Allorée. L’idée de s’encombrer d’une jeune femme issue de la plus pure noblesse elfique, habituée au faste des palais, dans une aventure aussi périlleuse et incertaine lui faisait froid dans le dos. Il tenta de la dissuader en lui décrivant, avec force détails, la fatigue, la douleur, la faim, la saleté, les mauvaises rencontres et tous les aléas d’un tel voyage. Il espérait bien ainsi lui faire entendre raison.

Mais non… après des heures de lutte, durant lesquelles il n’avait obtenu de la reine que la maigre concession qu’Aromë les accompagnerait, mi-résigné, mi-soulagé, c’est le célèbre mage Hermanus qui finit par plier devant l’obstination d’une ingénue aux cheveux bleus. En échange de l’identité des élus et de l’aide de la Haute-reine pour les attirer, il accepta de laisser celle-ci prendre part à la quête. Au grand dam de Mardìl Elendil qui s’était pris à rêver que le grand sage serait capable de la raisonner.

— Bien, triompha Saraë, c’est donc entendu ! Mon oncle, tu es témoin : le mage Hermanus Taliesin, ici présent, a donné sa parole qu’il m’emmènerait à la recherche des chants. Le confirmes-tu, Chancelier Elendil ?

— Je le confirme, soupira celui-ci, désabusé.

— Ne reste donc plus qu’à résoudre le problème du bouclier, lâcha alors la souveraine comme on pose une bombe.

Et la seconde explosion ne se fit pas attendre.

— Ah, parce qu’en plus, ce bouclier vous est aliéné ? s’étouffa à moitié Hermanus. Vous prévoyez de partir, alors que vous n’êtes même pas capable de le maintenir à distance ? Mais qu’est-ce que vous avez dans la tête ? Comment avez-vous pu m’arracher un tel serment sans réfléchir aux conséquences ? Vous avez perdu l’esprit !

Sa colère et son indignation étaient compréhensibles. Et justifiées. Saraë l’avait manipulé sciemment afin d’atteindre son objectif. Elle n’en était pas particulièrement fière, cependant la fin justifiait parfois les moyens. La souveraine n’avait, certes, toujours pas trouvé de solution pour que son bouclier d’amour s’auto-génère et reste en place sans elle, néanmoins elle était certaine que c’était possible. Tout comme elle était convaincue qu’Hermanus saurait comment procéder. Saraë devait juste le persuader de l’aider. Par la ruse, si nécessaire.

— Seigneur Mage, intervint sèchement Mardìl Elendil, vous vous oubliez ! C’est à la Haute-reine des elfes que vous vous adressez ! Je vous somme de présenter immédiatement vos excuses et de vous calmer, si vous ne voulez pas qu’on vous renferme séance tenante !

Puis il s’adressa à la reine.

— Cela étant, il a raison, Majesté. Si vous partez, vous nous abandonnez à l’Ombre, et donc aux Hordes. Vous ne pouvez agir de la sorte !

— Hermanus va m’aider à régler ce détail, Chancelier, assura la souveraine avec aplomb. Vous vous inquiétez pour rien. N’est-ce pas, Maître, que vous allez m’aider ?

— Je n’ai pas tellement l’impression d’avoir le choix, grommela l’ermite.

— Parfait ! Alors, par quoi commençons-nous ? l’interrogea l’elfe avec un grand sourire ravi.

Le mage ne savait plus s’il devait être sidéré, fou de rage ou éperdu d’admiration. Il croisa le regard résigné du chancelier et se dit que la véritable aventure ne serait peut-être pas de combattre les Hordes, finalement. Poussant un soupir à fendre l’âme, il se mit à réfléchir au problème du bouclier."

 

Broché : 18 €
Ebook : 4,99 €
abonnement kindle

Retrouvez ce roman, ainsi que tous les autres, sur mon site internet :

https://www.cecileamacourtois.com

mais également sur amazon.

Lien vers ma page facebook : https://www.facebook.com/AmaCourtois/

Commentaires

BLANC Déborah
Déborah Blanc
11/10/2020
.E
.C
L'extrait du premier tome m'avait arrêtée. Je retrouve ici tout l'univers de la Fantasy que j'affectionne. Je pense que je vais me laisser tenter et découvrir cette trilogie. En tant qu'auteure, j'ai moi-même il y a quelques années démarré un roman d'Heroic Fantasy mais je l'ai mis de côté pour l'instant pour me consacrer à d'autres thèmes que j'affectionne. Ce que je lis est bien écrit et donne envie.
Luciani Marina
Libellule
14/10/2020
.E
.C
Une grande épopée se met en marche avec tous les personnages du genre. Le titre de la trilogie est évocateur. On plonge aisément la tête dans des images de grandes plaines dans lesquelles des mouvements de masse s'opèrent pour le meilleur mais en passant par le pire.
TOPSCHER Nelly
Nelly78114
22/10/2020
.E
.C
Immersion totale dans cet univers. J'admire les auteur(e)s de fantasy car créer des nouveaux mondes s'apparait hautement difficile.
Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !