pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka
L'enfant des chartreux - ISBN 978-2-37759-026-1

L'enfant des chartreux - ISBN 978-2-37759-026-1

Auteur : Françoise Weydenmeyer Categorie : Romans Date de parution : 09/02/2020

(5 avis)

Commande par mail a in-octavo @ orange.fr - Frais de port offert. Ou sur commande en librairies et distributeurs en ligne.

Une aura de mystère entoure les ruines de la chartreuse de Port-Sainte-Marie. Les maisons ont-elles une mémoire ? De quoi se souviennent les pierres ?
Qu’ont-elles à vous dire de si important ? Guillau me Lemoine et Margot, sa jumelle, vont apprendre à leurs dépens qu’une simple chute de VTT a parfois d’étranges conséquences… Tout avait commencé au XVIIIe siècle, quand un paysan épuisé confi a aux pères chartreux un enfant trop délicat pour le rude travail de la terre…
L’enfant des chartreux : Prix Lucien-Gachon (2013),
L’héritière de Tournobert : Prix du jury du salon du Noël des Romanciers d’Auvergne (2014),
& Prix du roman historique du cercle littéraire Catherine de Médicis (2014).


Chapitre 1
Une singulière apparition


15 août 2009. Guillaume lança son vélo dans l’étroit chemin, insoucieux des ornières creusées par les récents orages. Des cailloux giclaient autour de lui, des branches lui fouettaient le visage... et très loin, lui sembla-t-il, les appels de Géraud comme assourdis à travers une brume épaisse. Un voile de sueur salée obscurcit sa vue. Ce bourdonnement dans ses oreilles... Il crut un instant que des nuées d’insectes s’abattaient sur lui. Son coeur battait à tout rompre et lui laissait dans la bouche une saveur métallique de sang... Coups de frein, grincements, le vélo dérapa, lui échappa... Il roula dans une herbe épaisse qui amortit sa chute. Il se releva d’un bond et se remit en selle. Vite, arriver près d’« Elle » ! Il devinait sa présence par un léger courant d’air soufflant une haleine plus fraîche, des éclairs de lumière filtrant à travers la végétation.
L’air était saturé de parfums d’herbes fraîches, de menthe qui s’engouffrèrent en lui à pleines bouffées. Il se laissa emporter sans réfléchir par son VTT qu’il ne maîtrisait plus. Il stoppa d’un coup, ahuri lui-même par une telle violence. Il était arrivé à la Sioule. Il reconnut son odeur, le bruit entêtant de l’eau gonflée par les orages qui grondaient et s’abattaient depuis quelques jours. Il perçut confusément un roulement lointain : le ciel avait pris une couleur de basalte qui lui parut familière. Son pied heurta un caillou veiné de bleu. Il en avait vu de semblables dans la collection minéralogique d’un vieil oncle. La fluorite 1 ? Le nom lui vint aux lèvres. Il ne savait pas qu’il le connaissait. Guillaume avait oublié Géraud. C’était pourtant
lui, son plus proche ami, qui l’avait entraîné dans cette course et qui le rejoignait hirsute, furieux, dégoulinant de sueur.
— Qu’est-ce qui t’a pris ? Tu connais même pas le chemin.
— Si, je le connais !
Guillaume s’exprimait d’une voix rendue rauque par l’effort et une inexplicable émotion.
— T’es jamais venu là. C’est toi qui me l’as dit.
— Je ne m’en souvenais plus mais je connais ce coin !
Il saisit une tige surmontée d’une coiffe de petites fleurs d’un blanc tendre.
— L’ail des ours.
Machinalement, il la froissa entre ses doigts, puis la tendit à Géraud.
— Tu sens ? Tiens, goûte, c’est bon !
Géraud fixa son ami sans rien dire, choisit de renoncer au ton ironique qu’ils adoptaient souvent entre eux. À l’approche de l’orage, même les oiseaux s’étaient tus. Guillaume embrassait du regard le paysage : un désert vert et oppressant. Les arbres masquaient les rochers couverts de mousse. Le ciel était de la couleur de la lave qui couvrait profondément ce pays.
La balade des deux amis d’enfance s’était subitement transformée. Géraud en était resté perplexe, presque intimidé devant l’attitude d’un Guillaume qu’il ne reconnaissait pas. Celui-ci fixait la Sioule. Après s’être prélassée sur plusieurs centaines de mètres, elle formait un coude qui accélérait le cours de l’eau, rebondissait sur les rochers et rejetait sur les bords une écume floconneuse.
— Bon, Guillaume. Tu as une apparition ? Tu comptes prendre racine ? Je te signale que l’orage arrive.
Le ton de Géraud s’était voulu rassurant, sa voix résonna fort dans le silence. L’attitude de son ami l’intriguait, le troublait même. Il fallait reprendre contact avec la réalité. Guillaume tourna vers lui un regard pénétré, presque absent, un regard qui le traversait comme s’il ne le voyait pas.
— On y va.
Il récupéra son vélo abandonné dans l’herbe, se dressa sur les pédales et dévala le chemin sans un coup d’oeil pour s’assurer que Géraud le suivait. Quelques minutes plus tard, elle apparut. Ou du moins ce qu’il en restait : des ruines dans un océan de verdure étouffante. La chartreuse ! Guillaume dédaigna le panneau qui expliquait l’origine de cet endroit si singulier et son histoire. Il se dirigea d’un pas assuré vers la première cour. Géraud le vit balayer les ruines des yeux. À gauche et à droite de l’entrée, des bâtiments témoignaient d’un effort de reconstruction. Des portes voûtées, des départs de souterrains perdus dans des éboulis de pierres, une tour à gauche plantée là qui élevait une silhouette fantomatique et irréelle dans
ce champ de ruines et, au milieu, une croix intacte qu’il fixa un long moment. La végétation pourtant dense n’était pas parvenue à enfouir ce lieu qui existait encore avec force... Géraud chercha plus haut la silhouette d’un clocher, un reste d’église. Rien qu’un pan de mur, des pierres jetées, abandonnées.
Guillaume, très droit, se tenait là sans bouger, les mains presque jointes. Les premières gouttes tièdes, lourdes, enveloppèrent soudain les ruines d’une sorte de nuage.
 

Commentaires

Langlois Sophie
Sophie L2
11/02/2020
Une intrigue fort intéressante. Qui est ce petit garçon ? Que porte-t-il en lui ? Du sensoriel et l'idée, traversée par beaucoup d'entre nous, que les murs ont peut-être la mémoire du passé caché quelque part. Cette histoire semble originale et porteuse de mystères et d'interrogations singulières.
Langlois Sophie
Sophie L2
11/02/2020
Une intrigue fort intéressante. Qui est ce petit garçon ? Que porte-t-il en lui ? Du sensoriel et l'idée, traversée par beaucoup d'entre nous, que les murs ont peut-être la mémoire du passé caché quelque part. Cette histoire semble originale et porteuse de mystères et d'interrogations singulières.
BLANC Déborah
Déborah Blanc
12/02/2020
Amatrice de descriptions fluides et pénétrantes, j'aime cet extrait, la poésie, la densité et le mystère qui s'en dégagent. J'aime quand le passé a de fortes résonances dans le présent, quand on sent que la frontière entre ce qui fut et ce qui est reste ténue. Mais une histoire ne fait pas tout. Il y a aussi le style qui doit susciter en moi le désir de poursuivre la lecture. C'est le cas ici. J'ai très envie de lire L'enfant des Chartreux.
Maresco Francis
Francis N
15/02/2020
Vocabulaire et personnages servent immédiatement une belle intrigue. Le tout sonne vrai et on a tout de suite envie d'aller plus loin dans l'aventure.
clement Delahay
La Pléiade
17/02/2020
Deux ou trois coups de pédales et nous voilà plongés dans un lieu mystérieux et surement porteur d'énigmes, d'histoires et de secrets bien gardés. Le descriptif est efficace et l'on imagine bien le petit garçon parcourir les lieux sur son vélo. Qu'est ce que ces ruines vont révéler ? Intrigue bien amenée.
Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !