pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka

Amour Amor

Auteur :

Nathalie Cougny

Categories : Ouvrage autobiographique
Date de parution : 17/03/2021

Extrait
(1 avis)
Couverture
Amour Amor

AMOUR AMOR
Récit - 196 pages - 18 € - Les Editions du Net - Juin 2020

4ème de couverture :
Nathalie Cougny, toujours passionnée et passionnante, nous emporte dans un tourbillon de séduction, d’amour et de sensualité.
Une fusion amoureuse entre deux flammes jumelles, deux flammes d’un même feu, récit d’un amour au carrefour de la vie et de la passion.
Cette rencontre amoureuse, décrite avec talent, entraine Nathalie à aborder, avec une connaissance maitrisée de la psychologie, la relation mère-enfant et ses implications.
D'une mère toxique, que l'on évoque peu, à l’enfant maltraité ou non désiré, du père inconnu au père incestueux, elle nous relate une combinaison de récits formant une seule histoire, celle de sa vie.
Si votre enfant intérieur s'interroge, s'il est blessé de souffrances profondes, ce livre répondra à vos attentes.
Le rôle d'une mère est fondamental, il est ici décortiqué et analysé.
Ce récit est une histoire « d'amours », dans un pluriel qui façonne nos destins. Il ne sombre jamais dans le pathos ou le voyeurisme, mais il est sans complaisance avec la réalité.
Denis Benedetti, auteur de nouvelles, d’essais et de poésies.

Si vous souhaitez le lire : 
https://www.leseditionsdunet.com/.../6847-amour-amor...

 

EXTRAIT

Nous arrivons à cet endroit que je soupçonne d’avance magique. Je ne le connais pas et je suis déjà charmée par les photos. Je le trouve par hasard sur Internet en tapant, juste avant que mon amie vienne me chercher, ces quelques mots clés : restaurant insolite bar lounge. Au fond d’un parc, où les fontaines font jaillir leurs eaux dans un ballet répétitif, mais qui n’est toutefois jamais le même, et où les bosquets nous regardent l’air malicieux, ce petit coin enchanteur apparaît, niché sous des arbres immenses. Installé uniquement pour les mois de printemps et jusqu’au début de l’automne, ce lieu éphémère sur plusieurs niveaux semble hors du temps, comme lui.

Ce n’est pas lui qui nous accueille à l’entrée, mais très vite il va s’occuper de nous. Je m’installe sur la banquette de la table en face de mon amie, j’ai vue sur l’étendue du restaurant et cet escalier qui semble monter vers un paradis. Je ne remercierais jamais assez mon amie de m’avoir inconsciemment laissé cette place de choix. Mais est-ce réellement un hasard ? L’inconscience en chacun de nous est parfois divine. Il s’approche et d’un seul regard je perçois la part d’enfer de l’amour qui va m’attraper en plein vol. Nous avons le même regard qui se pose l’un sur l’autre, ce regard qui vous dévore de l’iris, noyée au fin fond de la couleur des yeux, un regard qui vous fige dans l’instant. Il est très souriant, très attentionné, très délicat et nous explique le concept : un prix unique pour un buffet à volonté. Nous sommes surprises par l’effet buffet qui dénote un peu avec le décor et nous commandons d’abord un apéritif, un verre de vin pour mon amie et un mojito pour moi, puis deux. Je n’ai pas assez faim pour une entrée, un plat et un dessert, mais nous n’avons pas le choix. Je lui en fais part, il se montre désolé. Sa voix résonne déjà au fond de mes tympans, une voix très grave de Baryton, voire de Basse, d’ailleurs il chante, il nous le dira plus tard. Je suis déjà emportée. Il est d’une beauté sauvage, insaisissable, regard noir aussi tendre que violent, mais plutôt tendre à cette heure, et une bouche charnue, comme je les aime ; ces bouches sensuelles qui vous dévorent jusqu’à plus soif. Il a une nonchalance dynamique. Nous sommes toutes les deux happées par sa voix et moi par ce qu’il dégage déjà, pour moi. Nos regards se croisent de loin, parfois avec insistance, mais pas trop, comme s’il fallait fuir cette attirance évidente qui s’installe de peur qu’elle nous submerge définitivement. Mais je suis constamment attirée. Nous allons donc vers le buffet, il est là, prêt à répondre à mes questions, n’importe quelle question, pourvu qu’on se parle, le visage tout près de ce désir qui monte, qui pourrait nous serrer la gorge si ça continue comme ça. Alors, il me détaille les plats, entre un sourire complice et cette distance obligatoire due à son temps de service. Il est presque aussi grand que moi, plutôt mince, les cheveux courts et noirs, une vraie prestance pour cet homme que je crois très jeune et qui m’envoûte totalement. Nous retournons nous asseoir, je me demande quel âge il a, je lui donne 28 ans maximum et mon amie 32, je lui demanderai un peu plus tard, je veux savoir. Je déguste un très bon saumon avec des pâtes fraîches, l’effet buffet disparaît. Il vient vers nous, encore, passe derrière le siège en face de moi, regarde, me regarde, repart, je ne le quitte pas des yeux, puis je me reprends. Ne pas me laisser absorber tout entière par l’envie, par la passion, non ! Ne pas revivre cet amour-là. Celui qui vous torture le ventre, qui vous happe corps et âme et ne vous laisse jamais tranquille. Puis, il revient pour voir si tout va bien, oui, tout va plus que bien, même si je me méfie des sensations qui me traversent, des éclairs dans le corps !

Je lui demande alors naturellement son âge, en lui souriant, je suis assez spontanée, c’est ma nature, il a 36 ans. Je suis étonnée et satisfaite en même temps. Il ne les fait pas, mais cela réduit l’écart en cas de rencontre des corps. Je me mets à rêver. Il repart le sourire aux lèvres, il est à la fois délicieux et dangereux ; délicieux pour mon corps, dangereux pour mon cœur. Je pense à notre différente d’âge, je voudrais avoir dix ans de moins, là, tout de suite, mais j’ai bien 51 ans, bientôt 52, et tout ce que cela comporte de rondeurs un peu grasses, de muscles en moins et d’espérances évanouies. Même si je n‘ai pas vraiment à me plaindre après quatre grossesses, ce rempart stéréotypé se met en travers de mes pensées et j’ai quelques kilos à perdre. Qu’importe, je verrai bien, le désir triomphe. Ce désir de l’autre, plus fort que tout, qui ne s’explique pas. Cette bourrasque qui ne vous emporte que très rarement dans une vie et vous plaque au mur de l’envie, indécente envie que rien ni personne ne pourrait empêcher, même de toutes ses forces.

Le dîner s’étire et je suis bien, comme il y a longtemps que je ne l’ai pas été. D’ailleurs, mon amie me le dira quelques jours plus tard : tu étais extraordinairement rayonnante. Je me lève de nouveau pour aller aux toilettes cette fois, je sais, ce n’est pas très glamour, mais c’est la vie. Je me dirige vers lui, m’arrête à sa hauteur, il m’accueille toujours avec ce sourire qui en dit long, je l’informe que je vais lui poser une question à deux balles et alors que j’allais m’enquérir de la fameuse destination, il me demande si je veux connaître son prénom. Il n’y a plus de doute possible, il me drague ! Je lui rétorque que ce sera pour la prochaine question, mais que l’urgence est ailleurs. Nous rions.

Le dessert est quant à lui servi à table, je choisis un tiramisu qui n’est pas exceptionnel et que je ne termine pas. Il propose un café, nous déclinons. Mais dix minutes plus tard, je change d’avis. Je veux prolonger ce temps radieux qui éclaire cet imprévu ; lui parler, le voir de près, entendre sa voix. Je m’accroche à tout ce que je peux prendre de lui, comme pour un cambriolage de coffre-fort, je cherche le code secret pour le pénétrer, je tremble à l’intérieur, j’ai peur en même temps que je ne doute de rien, j’entre en lui sans effraction pour dérober chaque instant de sa présence, j’enregistre dans ma mémoire chaque image de cet être venu de nulle part et qui m’enchante, il est un trésor, il est mon trésor. Je veux tout garder de lui au cas où je ne le reverrais pas, c’est un enlèvement non prémédité, un rapt d’amour !

 

Interview sur SUD RADIO : https://www.youtube.com/watch?v=pyjICS4pb6w

Tous droits réservés 

Commentaires

BLANC Déborah
Déborah Blanc
18/04/2021
.E
.C
Ah la passion et le désir ! L'extrait fait écho à mes propres expériences. Il n'y a rien de plus grisant que cet incontrôlable et inattendu "coup de cœur" qui vous met les sens à l'envers et vous enchaîne à un amour sans concessions. Ce que je trouve intéressant c'est la question de l'envie, du désir par-delà les conventions et les différences d'âge. Là où la société juge, critique et condamne, le cœur et la soif de se sentir vivante se jettent volontiers dans le bain de la passion à un âge où on n'est plus vraiment jeune mais pas non plus du côté des défraîchis. La lecture est agréable.
Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !