pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka

A VOS SOUHAITS

Auteur :

MARTINE MAGNIN

Categories : Essais
Date de parution : 15/01/2021

Extrait
(0 avis)
A VOS SOUHAITS

- Bonne Année, Bonne Santé, tous mes Vœux !
Tout a commencé un jour banal du début janvier, entre bourrasques cruelles et pluie glaciale : c’est ma pharmacienne, avec son sourire le plus commercial, qui vient de me lancer à son tour cette phrase déjà trop entendue.
Oui, bon d’accord, c’est fort aimable de sa part, mais enfin j’y pense : Si je suis en bonne santé l’année prochaine, ce sera un vrai manque à gagner pour elle. Et, si elle souhaite la même chose à tous ses clients, ça lui promet une vraie bérézina finan- cière !
Tous MES vœux, me dit-elle ? Mais lesquels ? Qu’en sait-elle ? Tous les Siens ou tous les Miens ? Ce ne sont certainement pas les mêmes. Je ne vœux pas de SES vœux, ils ne me concernent pas, et que connaît-elle en vérité des miens ?
D’accord, je pinaille, je sais très bien qu’il s’agit d’une formule elliptique et passe partout pour faciliter les échanges et qui n’a rien d’intrusive. Mais c’est lassant à la fin, récurrent et du coup, totalement inutile. La plupart du temps, les gens que je croise se fichent totalement de ce que je vis ou de ce que je m’apprête à vivre, et si j’accepte d’être honnête, et bien... moi aussi, presque toujours !
-6-
- Bonne Année à vous aussi ! Voilà, j’ai dit ce qu’elle attendait de moi. Je lui ai ré- pondu sans originalité, mais avec un sourire de circonstance, et je peux continuer ma journée sans honte. J’ai respecté les convenances comme une grande et c’était la moindre des courtoisies. Je ne suis pas plus sincère ni plus impliquée qu’elle, j’ai seulement joué le jeu convenu en ce début d’année et tout est donc socialement cor- rect. Ouf !
Les vœux s’échangent, mais ne changent rien. Cette habitude banalisée m’agace. Pour moi, les mots sont importants. Pourquoi dire n’importe quoi à n’importe qui, sous prétexte que c’est la coutume, si cet usage est d’évidence vide d’intentions, d’attentions, de contenu et uniquement consensuel ?
Un délicieux proverbe yiddish l’exprime avec humour : « Quand un médecin et un fossoyeur vous souhaitent une bonne année, à quoi pensent-ils vraiment ? »
- À l’origine des vœux
Difficile de savoir vraiment à quand remonte la tradition qui consiste à se souhaiter le meilleur et d'échanger des vœux pour le début de l'année. On sait en revanche qu'à l'époque de la Rome antique, cette coutume existait déjà. Dans ses Fastes, Ovide fait mention des "paroles joyeuses" prononcées par les citoyens de la capitale et des "prières" adressées au dieu Janus, le dieu des commencements et des fins. Cette divinité à deux têtes, à qui est consacrée une colline de Rome, est célébrée le premier jour de januarius, le premier mois de l'année. Pour les Romains, célébrer Janus était une manière de revenir en arrière, pour faire le bilan de l'année écoulée, mais aussi de se projeter dans l'année à venir.
Les Fastes d'Ovide contiennent la prière adressée à Janus à cette occasion :
-7-

"Dieu à double visage, c'est de toi que part l'année qui va s'écouler sans bruit, toi qui, sans tourner la tête, vois ce que nul autre dieu ne peut voir. Montre-toi propice aux chefs, dont l'active sollicitude donne le repos à l'Océan et la sécuri- té à la terre, qui nous prodigue ses trésors, montre-toi propice au peuple ro- main, et d'un signe, serre les portes de ton candide sanctuaire".
Beaucoup plus récemment, dès 1840, les cartes de vœux se sont répandues en Grande-Bretagne, avec l'apparition du premier timbre-poste. Les cartes étaient alors décorées de feuilles de gui, de sapins ou encore de crèches, dans la tradi- tion de Noël.
La coutume anglaise se répandit dans toute l'Europe et il devint à la mode en France d'envoyer une «Christmas card». Petit à petit, en Angleterre et dans d'autres pays, un glissement intervint dans l'utilisation de ces cartes : elles devin- rent progressivement des cartes de vœux pour souhaiter une bonne année, ce qui correspondait à un usage nouveau.
Cependant, la mode des cartes se développa en France de façon un peu spéci- fique. En effet, il existait en France une tradition ancestrale aujourd'hui oubliée : les visites du Nouvel An. De façon tout à fait ritualisée et formelle, on rendait vi- site, dans les quinze jours qui suivaient le 1er janvier, à son entourage proche, famille et amis, mais aussi à ses collègues de travail, à son patron, et même à des familles pauvres ou à des malades. Cette tradition est perpétuée encore de nos jours par certaines familles distinguées. L'idée était d'embellir ces jours festifs par des cadeaux et des marques d'amitié. Les étrennes du Nouvel An sont une survivance de cette tradition bourgeoise.
-8-

C’est donc un fait établi : offrir ses vœux est au cœur de la tradition. Les premiers jours de la nouvelle année sont les moments émus de toutes les bénédictions, et l’on peut continuer à offrir ses souhaits pendant tout le mois de janvier. Avant ce n’est pas la coutume, et après c’est trop tard.
« Janvier est le mois où l'on offre ses meilleurs vœux à ses amis. Les autres mois sont ceux où ils ne se réaliseront pas. » - nous rassure au 18è siècle Georg Chris- toph Lichtenberg (artiste, écrivain, philosophe, physicien, scientifique)
Bonne Année à vous, Bonne Santé, Meilleurs Vœux ! C’est la période de tous les possibles sous le couvert de ces formules toutes faites, éculées et même hypocrites, qui à force de répétition en deviennent plus pesantes que sympathiques ou émou- vantes.
Ma mauvaise volonté est contredite par les experts de l’Unesco qui ont pris une po- sition très pragmatique sur la sauvegarde des rituels sociaux et leur utilité :
“Les pratiques sociales, les rituels et événements festifs sont des activités coutu- mières qui structurent la vie des communautés et des groupes, et auxquelles un grand nombre des membres de celles-ci sont profondément attachés et participent. 

Commentaires

il y a actuellement aucun commentaire !
Soyez l'un des premiers à poster un commentaire

Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !