pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka
Le coup du livreEdito du 11/05/2020

Juste après le coût du livre, se dessine un choc émotionnel sans précédent dans la vie d’un individu. C’est, ce que je nomme : Le coup du livre.

Un jour, un jour comme les autres, un jour que vous pensez ordinaire, un coup du sort s’abat sur vous pour vous révéler l’incommensurable. Son impact n’est pas forcément immédiatement visible mais, semblable à un minuscule caillou qui viendrait heurter à pleine vitesse le pare-brise de votre existence. C’est avec le temps qu’il prend sa réelle dimension.  Un jour, un autre jour de votre existence, alors que vous ne vous y attendiez absolument pas du tout, mais alors, pas du tout, ce point d’impact devient un point névralgique et fracasse, non pas votre tête, mais votre esprit.

Bien évidemment, je ne suis pas entrain de vous parler de l’action au combien stupide qui consiste à taper sur la tête de quelqu’un avec un dictionnaire ou pire encore, avec un bottin, même si, très lourd,  celui-ci se voulait être des plus mondains.

Non ! Je vous conte mon histoire personnelle. et si j’ai une certitude, c’est que je ne suis pas le seul sur cette terre à avoir reçu un coup pareil. Pour rester objectif, je dois résolument accepter de ne pas parler des effets que cela a pu avoir sur les autres, mais plutôt de parler avec précision de mon cas. Le coup du livre,  je l’ai, personnellement, reçu très tôt et en pleine figure. Croyez-moi ou non, le coup du livre, aussi fort qu’il puisse être, ne fait pas mal. J’ajoute même que plus vous le recevez jeune, plus il vous fait du bien, vous libère, vous enrichit.

En ce qui me concerne, je n’ai pas eu à passer par le coût du livre mais juste à brandir une carte de bibliothèque pour recevoir le premier coup. C’est Buck qui me l’a donné. Ses coups de gueule et sa soif de liberté m’ont transporté bien loin de l’ombre des HLM, loin de la crasse et de la violence. Avec lui et John j’ai couru plus vite et le froid ne m’a pas freiné. J’ai eu, comme lui «L’appel de la forêt» et j’ai tourné, tourné, tourné les pages jusqu’à la dernière pour me projeter avec force dans  cet univers dur, froid mais si porteur de la volonté d’un homme et d’un chien d’accepter et de traverser les épreuves de la vie pour donner un sens à celle-ci. Sorti plus fort de cette aventure fantastique et le livre refermé, je n’eus pas d’autre envie que celle de m’échapper encore. Je me suis jeté corps et âme à l’est d’Eden. Ce fut le premier monument de la littérature américaine auquel j'ai été confronté.  Dans ce chef-d’oeuvre, tout est bon parce que tout ressemble à la vraie vie. Dans ce roman, Steinbeck vous présente tous les personnages que vous rencontrerez dans la vie, les méchants, les gentils, les paumés, les lâches, les cupides, les mystérieux , etc. On y trouve également les méandres des interrogations de tous les enfants sur la face cachée de ceux qui les ont fait naître et tous les fantômes nés de ces interrogations. L'humain, l'éducation, la vie dans toute sa truculence, c'est ça se trouver à l'est d'Eden. Vous y ajouter l'amour de l'auteur pour sa terre et vous avez le cocktail stupéfiant de la vie, de l'aventure humaine, du sentiments, de l'amour, de la haine, de la décrépitude qui jalonne parfois certains destins quand d'autres se construisent sur du terre à terre ou encore des chimères. Après ce livre, j'ai dévoré tout Steinbeck. Mais plus fort que tout,, j’avais mis sur le banc de touche la misère ambiante dans laquelle j’évoluais au quotidien. Je pouvais, en ouvrant un livre et en tournant ses pages partir au bout du Monde, donner des ailes à mon imagnination, la laisser vagabonder. Des coups, j’en voulais plus, des coups de livre à me retourner, à m’écraser, à me surprendre, à m’envoler, à me faire rire ou pleurer, des coups et pour cela, un seul et même mécanisme à engager , ouvrir un livre et tourner la page. J’ai cinquante sept ans et je n’ai jamais cessé de tourner la page.

Le coup du livre, c’est le coup de la vie que chaque auteur laisse se dévoiler au fil des pages. Un livre est un tout et tout peut faire un livre. Tourner une seule page, et vous ouvre la port à une, dix ou mille aventures, mille surprises, mille apprentissages, mille témoignages, mille mises en lumière, mille évasions, mille héros ou anti-héros, mille drames, mille comédies.

Derrière un livre se cache un auteur, derrière tous les livres se cachent tous les secrets révélés de l’humanité. Derrière la littérature se dresse l’histoire de l’humanité, l’histoire de la Terre  et l’avenir de chacun de nous.

Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !